The impact of PRISM

Mon premier hackathon : le London GameCraft 2013 en 12h !

En stage à Londres cet été pour une durée de trois mois, je me suis rendu avec deux amis de promo à un concours de développement organisé par Global GameCraft dans les locaux de Skill Matter. Le premier est connu pour organiser des concours de dev de jeux vidéo un peu partout en Europe, le second pour accueillir ce genre d’évènement dans ses locaux à Londres (ainsi que des conférences sur des sujets très variés tournant toujours autour de la programmation). L’évènement avait été annoncé ici et .

Folle ambiance : près de 70 personnes sont venues d’après mes souvenirs. Dès l’arrivée, blocs notes, stylos, magasines sont posés sur les tables, des cafetières inépuisables et du thé attendent les participants. Pour les repas, des livraisons continues provenant de Pizza Express.

London GameCraft

Douze heures plus tard, après des heures d’acharnement dans le langage de votre choix, la voix du grand barbu roux retenti : c’est fini ! Le networking commence : il s’agit de faire la connaissance des autres participants (à l’aide de bières arrivées discrètement dans des caisses pleines de glaçons).

Because Skill Matter

Les organisateurs ont eu une idée assez fun, ils ont distribué à chaque participant une brique de Lego que nous devions remettre à un autre développeur dans le but de classer les meilleurs projets. C’est un exercice ultra difficile, que privilégier ? Les projets réalisés à la sueur du front, sans framework ? Ou ceux ayant le gameplay le plus fun ? Ou encore ceux ayant suivi le thème du hackaton à la lettre avec une mécanique de jeu ouffissime ?

PRISMatic

J’ai pour ma part découvert Pygame lors de ce hackaton et créé PRISMatic. Un projet un peu trop ambitieux rattrapé par la réalité. Il n’y a pas grand chose à jouer, il faut l’avouer, mais c’est le fruit de cette superbe expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *