Flattr : nouveau modèle de consommation ?

Logo FlattrLa prolifération de la publicité sur Internet a eu un effet prévisible. Aujourd’hui, une part importante des internautes se protège avec AdBlock, une extension disponible dans de nombreux navigateurs, qui rend aux sites visés une apparence décente sans aucune publicité, textuelle ou graphique.

L’abus du système le rend de moins en moins rentable. La publicité pose aussi le problème de l’anonymat, par la collecte d’informations personnelles que les internautes ne sont pas prêt à accepter. Google payant toujours moins les éditeurs, la solution est alors apparue d’elle même : une rémunération directe sur base du volontariat.

1 – Un système bien rôdé

Flattr est un entonnoir : pour en profiter il faut payer. Voici le principe :

– Soit vous êtes internaute, et vous souhaitez soutenir les frais d’hébergements de vos auteurs favoris,
– Soit vous avez un site web sur lequel vous produisez du contenu, tant que votre contenu est assez attractif pour amasser des visiteurs,
– Ensuite, il suffi de s’inscrire sur http://www.flattr.com/,
– Avant toute action vous devez maintenant apporter 2€ net/mois,
– Vous pouvez maintenant redistribuer ces 2€ et recevoir des dons.

Je parle de 2€ net/mois parce que Flattr vous taxe à hauteur de 10% sur chaque apport d’argent dans le système. La somme minimale pour utiliser Flattr est donc 2€+10% par mois. Et comme les dons des internautes sont redistribués en fonction du nombre de sites que chaque individu soutien, la rentabilité n’est accessible qu’à l’élite. Vous n’avez plus qu’à investir vos 2€ restants sur les différents sites qui proposent un logo Flattr.

2 – Payer en ligne

A l’origine de Flattr : le fondateur de The Pirate Bay, connu pour avoir démocratisé le P2P dans nos foyers et figure emblématique du téléchargement illégal. Il est urgent de se demander si ces gens sont dignes de confiance ! Nous leurs confions tout de même nos numéros de carte bancaire.

Ceux qui s’intéressent à Wawa-mania se rappelleront mon article où je dénonce les trafics financiers engrangés par le téléchargement illégal, ainsi que la guerre numérique qui fait rage dans ce milieu pour l’argent. Nous avons donc tous à craindre pour la confidentialité de nos informations, pour éviter qu’elles [mots de passes et n° de carte bancaire] ne soient divulgués à des personnes franchement mal intentionnées.

C’est pour cette raison que j’estime vital d’utiliser un préservatif numérique pour votre compte en banque. Il s’agit d’un service proposé par la Société Générale dont le but est de vous fournir un numéro de carte bleu à usage unique :

# Votre numéro de carte réelle ne circule plus sur le web, grâce à un e-numéro que vous obtenez pour chaque achat
# Vous pouvez payer sur tous les sites marchands français et étrangers

3 – Vers un système redistributif ?

Finalement ce qu’il faut retenir c’est que le monde change.

Google paye de moins en moins cher les éditeurs de sites Web, mais reste la régie la plus attractive. La publicité présente par ailleurs un gros inconvénient esthétique : de nombreux blogs sont rongés par la cupidité, pour preuve de nombreux sites n’hésitent plus à vous envoyer un popup à la figure si vous utilisez AdBlock.

Flattr ne participe pas au martelage publicitaire dont nous faisons l’objet : télévision, radio, journaux, magasines, répondeurs, sms, mail, cinéma. La rémunération est directe, entre lecteur et rédacteur, dans un esprit de participation. La compensation est comprise par le lecteur pour le travail qui lui est offert.

L’effet de ce logo sur un site peut également signaler à l’internaute l’absence de publicité. Le modèle est donc amené à évoluer, en faveur des éditeurs je l’espère car les obligations du système actuel le rendent un peu trop gourmand.

Ce qui est rare et cher rapporte à l’industrie. Paradoxalement, le modèle du libre accès a fait exploser la consommation de la culture. Un système de don est donc largement rentable à un certain stade pour en vivre. Le consommateur ressent la sensation d’aider directement son artiste, c’est ce qu’à prouvé MyMajorCompany non ?

5 commentaires sur “Flattr : nouveau modèle de consommation ?

  1. « Aujourd’hui, une part importante des internautes se protège avec AdBlock »

    C’est faux, une part minime des internautes utilise ce genre d’outils… en revanche une part importante n’en a jamais entendu parler…

    Cela dit excellent article. L’idée du numéro de carte bancaire « jetable » est vraiment bonne, je ne comprend pas qu’elle soit davantage proposée/connue/utilisée.

  2. Salut Goudie 🙂

    Je ne pense pas qu’il y ait d’étude sérieuse sur Adblock, mais je ne connais vraiment pas grand monde qui ne s’en serve pas (que ce soit dans Chrome ou dans FF).

    Je me base aussi sur mes observations, et il n’est pas rare de tomber sur des sites interdisant leur accès aux utilisateurs de cette extension (ou d’en limiter le contenu), pas dans la blogosphère ceci étant.

    Sur le reste je pense que c’est surtout l’usage de la publicité qui entraine ce comportement, alors qui si l’usage en avait toujours été fait raisonnablement on ne s’en serait pas plaint. Le fait est que si tu vas sur Wikio sans Adblock t’as une chance sur deux de cliquer sur le background qui est une immense pub =/

  3. En tout cas, ton cercle de connaissance ne résume pas le visage moyen d’un internaute. En plus simple doit y’avoir pas mal de geeks ou au moins de gens qui sont assez avertis. Pense à mémé qui apprend l’internet sur son ordinateur surpuissant qu’elle a acheté chez Boulanger (parce que le conseiller lui a dit que c’était teeellement mieux pour regarder les vidéos de son petit fils) et qui navigue probablement ni sous Firefox, ni sous Chrome… Pense également que ce sont ce genre d’individus qui sont les plus susceptibles de cliquer sur les publicités sans s’en rendre vraiment compte (désolé mamie). Alors bon, peut-être que le nombre d’utilisateurs d’AdBlock est très impressionnant, ce que je veux dire c’est que le nombre d’internautes l’est infiniment plus ! 🙂

    Après je suis d’accord qu’il y a des sites qui abusent… quand ça commence à te foutre de la vidéo en flash devant la gueule alors que tu voulais juste lire un putain d’article et que c’est tout ce qu’ils ont trouvé à faire depuis que tous les navigateurs bloquent les pop-ups, ben ça fait grave chier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *