Une idée contre le téléchargement illégal

My Major CompanyFaire passer une loi par la force, ordonner à son parti majoritaire de voter ce que l’on veux pour le bien de ses amis, c’est ca qu’on appelle agir légalement. Car agir légalement c’est suivre la loi comme on suis la route, pendant que d’autres se risquent en hors-piste.

La valeur du « juste prix » est une notion qui s’est éloignée ces dernières années.
Voilà donc une bonne occasion de faire une proposition ! Certain seraient capables de nous taxer d’opposants écervelés ! Mais les intérêts sont trop grands pour changer de main, en tous cas pas sans accepter une profonde remise en question.

Qu’en pensez vous ?


Allons nous moins au ciné ? Je n’en ai pas l’impression, au contraire.
* 8.90€ la place à l’UGC puis le DVD trois mois plus tard, 20€.
* 28.90€ par film. Environs 5 films à l’UGC par an et quelques uns au Pathé. 144.5€ de budget.

Pour ce qui est des CD, j’achète, mais seulement les groupes que j’aime, que j’irais bien voir en concert. Pour les autres, c’est Deezer. On ne peux pas tout se payer. Parfois, seulement une piste du CD me plait vraiment. D’ailleurs, ils nous pondent des « Single », faute avouée, moitié pardonnée… ou pas.
* Les prix oscillent entre 15,99 (donc 16€) et 19.99 (20€). 3 CD, 30€.

Une idée ? Hé bien oui 🙂

J’ai imaginé un monde dans lequel ce que les ayant-droit appellent une « œuvre » (un film ou une piste audio) serait dissociée de son support.
On paierai pour obtenir un code sécurisé (par exemple comme celui d’une carte bancaire) qui nous donnerais le droit de profiter légalement de l’œuvre.

A partir de là, il serait possible de télécharger l’œuvre, ou de choisir d’en profiter au cinéma. Comme nous aurions déjà payé le droit d’en profiter, il ne resterais plus qu’à rémunérer le cinéma !
Même chose pour le DVD ou le CD : seul le support reste à payer.
Ce système évite de devoir s’acquitter plusieurs fois du même droit (celui que l’ont doit à la maison de disque ou à la production).

Imaginez-vous ce monde dans lequel aller au ciné deux ou trois fois par mois avec ses amis vous reviendrais à 10/15€ ?! Où l’on achèterais ses DVD par 3 ou 4 pour quelques euros, pouvoir les re-télécharger au besoin, vous imaginez la place libérée sur nos disques durs ?
Plus besoin de faire de sauvegardes monstrueuses avant de formater !

On connait déjà bien les solutions légales en ligne qui avantagent comme toujours ceux qui siègent, tout en haut, dans l’industrie multimédia. Le manque de concurrence légale leur permet de se rincer grassement sur chacun de nos passages à la caisse.

Il faut que ce monde change, peut être l’aiderez vous en cherchant d’autres moyens pour obtenir vos films et musiques. A bon entendeur.

4 commentaires sur “Une idée contre le téléchargement illégal

  1. Oui c’est une idée intéressante. 😀
    En effet les grosses boites confondent œuvres et supports.
    Avec ton idée, on paye une bonne fois pour toute l’œuvre, et après si on veut revoir le film, bas on le retélécharge, ou le payer moins de 5€ en DVD à la Fnac. =D

  2. Combien de films ais-je téléchargé en HD alors que j’avais le DVD ou que je l’avais vu au cinéma ? Combien de CD ais-je gravé pour conserver une copie des films que j’avais prêté (et qu’on ne m’a pas toujours rendu d’ailleurs). Le Blu-Ray n’est pas abordable en tant que support, c’est pourquoi les utilisateurs, en ne payant que l’oeuvre, pourraient choisir la qualité du produit final : qualité DivX (compressé pour tenir dans un CD ou moins d’1Go), DVD (1-4Go), HD (4-20 Go) etc…
    Avec les avantages et les inconvénients de chaque format : compatibilité, lourdeur, vitesse de téléchargement. Tout ça légalement et pour un seul prix. Évidemment on peut aussi imaginer un système de royalties pour les Blu-rays ou les DVD en plus, mais le tout est d’avoir des médias abordables et de bonne qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *