Que va devenir le Web ?

Seeks engine

Google. Facebook. MSN. Deezer. Ce sont les Anciens du Web. Demain nous parlerons probablement de Seeks, Movim, Jabber et Jamendo.

Oui, si vous me le demandiez, je dirais que le Web va subir sa purification d’ici peu de temps. Compter 10 ans. Pourquoi 10 ans ?

Depuis l’an 2000, le globe tourne doucement sur un axe dont l’inclinaison penche de plus en plus en direction d’un monde totalement ouvert. La blogosphère Skyblog s’est fait avaler toute crue par WordPress. Firefox remplace IE. OpenStreetMap va égaler GoogleMaps et Marble égalera Google Earth. Petit bémol, StreetView n’a pas d’avenir dans ce futur monde. Centralisé, trop intrusif et « borderline ».

Depuis 10 ans, le vent tourne. Vous ne le sentez peut être pas encore, où peut être n’y croyez vous plus. Mais vous devriez écouter. Écoutez les quelques indices qui se glissent chaque jour dans votre quotidien. Observez Google. Il se porte bien ? Pourtant, tout tourne autour de sa position dominante sur les moteurs de recherche. Une concurrence sérieuse remettrait en question tout l’éco-système.

Et je pourrais continuer comme ça longtemps, en parlant de Movim, Meego, … Le fait est que les logiciels que nous utilisons contaminent la nature d’Internet. Mécaniquement, Internet se retourne donc comme un gant, c’est une tendance. Seule certitude, Google sera le dernier à glisser de la table : de par sa taille, mais aussi son penchant pour l’open source. Ce qui fait la valeur de Google est toujours propriétaire.

Quand 1% des internautes a produit à lui tout seul un système d’exploitation complet, une carte du monde et une encyclopédie internationale, qu’est-ce qui pourrait vous paraître irréalisable ?

Le client est roi, et nous somme tous des clients. C’est l’effet de masse. Même la loi ne parvient pas à aller à contre courant des pratiques du Web, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. On n’arrête pas l’océan avec une pelle. Le bras de fer est déjà gagné. La seule chose qui m’inquiète, c’est de savoir à quel âge je pourrais enfin profiter de ce monde. J’ai 20 ans. Je n’ai plus envie d’attendre.

25 commentaires sur “Que va devenir le Web ?

  1. J’aime bien ton avis bien qu’au final je le trouve bien utopiste. Je crains que si le visage du web change (ce qui en soit est inévitable), ce ne soit pas pour s’améliorer. Mais le futur me donnera tord ou raison!

  2. Je pense que dans le fond, indépendamment des restrictions qui se mettent en place pour l’industrie du disque, le Web ne cessera jamais d’exister. Même le Web à deux vitesses promit par Orange n’y changera rien. Ce sera peut être plus cher, avec des filtres et les box opérateurs obligatoires, rien ne changera le fait qu’un Internet bridé détruirait toute sa créativité, cela empêcherai le nouveau Google d’apparaitre.

    En 2000, Google ce n’était rien, rien qu’un petit moteur « de plus », et l’empire qu’il est devenu a été paradoxalement très rapide. Mais 10 ans, sérieusement, c’est une éternité, il n’y a rien de visionnaire dans mon article. C’est déjà en marche.

    Je ne doute pas que les geek adopterons sans attendre toutes ces technologies car nous les percevons naturellement comme futuristes. Il ne faut pas oublier qui détient les rênes, qui développe le plus. La balle a toujours été dans notre camp. La masse a une certaine inertie, je ne m’inquiète pas de voir Facebook rouler des mécaniques avec ses 500 millions de comptes inactifs. Il suffi de voir Google+ pour comprendre que Facebook doit commencer à compter ses heures.

    A partir de là, le succès vient-il de l’argent ou de la qualité de sa conception ? Skyblog avait l’argent, WordPress a gagné. Microsoft a du fermer son service concurrent pour abdiquer devant WordPress. Je vois ca comme un modèle du combat Ouvert / Fermé, ce qui se fait à plus grande échelle ne demande que du temps.

  3. Effectivement, c’est très très très optimiste…
    Le web/internet change, ça oui : facebook a fait presque disparaitre msn et les skyblogs. On est passé du centralisé/propriétaire Microsoft/skyblog à du centralisé/propriétaire ET immoral Facebook. Google capte de plus en plus d’usages du web, entre la recherche, les images, les documents, les mails, les maps, et maintenant google+, et Android qui emprisonne les gens plus que jamais (je ne veux pas parler d’Apple, je risquerais d’être très grossier). Et la majorité des gens aime ça et VEUT ça, malheureusement.
    Tout ce que je retiens du web libre, c’est Firefox qui est en train de sombrer face à Chrome, les soi disants concurrents de facebook qui n’émergeront jamais (j’en sais quelque chose, j’ai un pod de Diaspora qui tourne par curiosité), Jamendo qui pourrait percer si les majors coulaient, mais ils s’accrochent comme une moule à un rocher. Je pense que seul Jabber pourrait s’imposer, parce que c’est déjà en train de se produire, mais de manière très peu visible.
    J’adore le libre depuis que je l’ai découvert il y a plus de 10 ans, et j’y ai contribué comme j’ai pu (LUG Limousin \o/), mais l’absence de vrais résultats décourage un jour ou l’autre…

  4. Joli conte de fée, mais il faut sortir de ta bulle geekesque. Va voir le vrai monde, les vrais utilisateurs finaux qui représentent sûrement 80% des internautes (si ce n’est plus). Nous sommes des power users, et ton articles décrit un futur utopique de la mini communauté des libristes poilus des geeks des power users.

    Ça ferait longtemps qu’Orange ne vendrait plus d’ADSL si le public était tel que tu le décris, ça ferait longtemps que Facebook serait un vestige du passé, et ça ferait bien longtemps que Apple se serait fait bouffé par Microsoft lui même bouffé par Google…

    Ton futur ne peut qu’exister en tant qu’Internet dans l’Internet mais ne deviendra pas l’Internet.

  5. WordPress a vaincu Skyblog ? J’ai plutôt l’impression que facebook a avalé Skyblog et MSN. Y a un peu de libre là-dedans, c’est vrai que facebook utilise Jabber mais de façon centralisée donc sans aucun intérêt. Je crois qu’actuellement, le libre existe parce que certains le veulent bien. Je me demande ce que deviendraient bon nombre de logiciels sans le Google Summer of Code. Openstreetmap, j’y participe très activement et je suis convaincu qu’on arrivera à quelque chose un jour. Mais quand je vois que Google arrive à négocier les données du cadastre pour le monde entier alors qu’OSM n’y arrive que péniblement pour le minuscule territoire français, je désespère un peu…

  6. Donpe, corrigé merci 😉

    Je me doutais qu’un article trop utopiste génèrerait aussi mécaniquement des messages un peu défaitistes, bien ancrés dans le présent.

    Je peux vous reprocher de ne pas avoir de vision long terme ! Reste aujourd’hui que les geeks que nous sommes avons une grosse dépendance aux services que nous critiquons sans cesse.

    Certes je n’aime pas plus Google que ca, mais je ne saurais me passer de Feedburner par exemple pour mon blog. J’ai remplacé Analytics par Open Web Analytics, et je sais pertinemment que je ne donnerais pas ça à une entreprise car l’outil n’est pas terminé. Mais moi il me conviens.

    Avez vous envie d’un monde meilleur ? Avez vous envie de rêver un peu ? Au lieu de toujours tout rapporter à la réalité, qui si on l’interprête, nous donne à tous tort et raison à la fois. Le futur n’est pas écrit. Chacun participe à le modeler, et nombre de services, notament Seeks, Movim et OpenStreetMap sont pour moi les trois services clés qui me permettrons de m’affranchir d’un Internet dont je ne veux plus.

    Linux n’a qu’un petit pourcent de représentation sur Internet, ca n’a pas empêché Dell de tenter l’expérience sur des netbook. Certes, l’histoire a mal terminé, est-ce que pour autant le système était vraiment agréable ? Avait-il la moindre chance de convaincre, Gnome 2 contre Windows Seven Starter ?

    L’utilisateur moyen utilise ce qui est à la mode. Il est clair que le monde du Libre a manqué le combat marketing, même si des entreprises comme Canonical mettent tout en jeu pour renverser la tendance.

    Essayez de voir ce que sera le net dans 10 ans, comme vous essayiez de voir ce qu’il est aujourd »hui lorsque Free a été créé dans les années 2000 🙂

  7. Le net dans 10 ans, mais c’est très simple à prédire !
    Du cloud, encore plus d’emprisonnement des utilisateurs, des fonctionnalités encore et toujours rabotées « pour le bien du plus grand nombre ». Et le libre existera toujours, et aura probablement beaucoup plus d’adeptes qu’aujourd’hui, mais sera noyé dans une masse de milliards d’utilisateurs aux connaissances moyennes toujours plus basses et à l’intérêt porté vers l’informatique et vers leurs libertés numériques encore moindre.
    J’étais enthousiaste il y a 10 ans, comme l’était un de mes amis qui a découvert le libre à ses balbutiements il y a 20 ans, et comme tous les amoureux du libre au début. Mais la réalité nous rattrape, le libre et l’informatique en général, sont des idées superbes gâchées par leurs imbéciles (pour rester poli) d’utilisateurs. Étant sysadmin de métier, je le constate tous les jours…

  8. Internet a toujours été une question de gros sous et je n’ai pas l’impression que ça risque de changer.
    10 ans c’est loin dans le monde d’internet donc tout est possible mais moi j’ai plutôt l’impression que tant qu’il n’y aura pas des gros financement derrières tous ces beaux projets, ça ne décollera pas face aux millions investis par les grosses boites.

    Comme dis G-rom, on n’est pas assez a se soucier du respect de la vie privée et ce genre de chose pour que ça compte. Mais gardons espoir !

  9. Peut-être que les grosses boites d’aujourd’hui couleront. Peut-être pas. Peut-être qu’il sera bridé, surveillé, contrôlé. Et peut-être que tous pourront rester anonyme et parler de ce qu’ils veulent sans limite. En tout cas, l’Internet n’aura certainement plus le même visage.
    Concernant Diaspora*, en réponse à totopouet, sincèrement, je suis bluffé. Je ne suis pas fan du « je-raconte-ma-vie-en-ligne ». Et en arrivant là bas, ma première impression fut la paix et le calme. Plus de pub, plus de kéké des plages sur toutes les pages, applications, groupes… Ils n’ont pas d’équivalent me direz vous. J’y viens. Le calme certes, c’était même le désert. Mais en même temps, entre amis, nous étions tranquilles, ce que je trouve impossible sur Facebook aujourd’hui, où tout le monde veut être ami de tous. Et puis un jour, j’ai rajouté le mainteneur de mon pod, pour être au courant de ses mises à jours. Et j’ai répondu à un de ces posts, et là, un ou deux utilisateurs sont venus vers moi. J’ai commencé à discuter avec eux, et en quelques jours, me voici projeté au sein d’un groupe d’une trentaine de personnes. Mais nos messages ne sont pas limités au repas pris la veille. Il s’agit de discuter, de débattre, sur le monde de dehors, de DSK à la crise économique, et sur notre monde de geeks, logiciels, OS, sites, tout y passe, y comprit l’Internet. Et voilà d’ailleurs comment je me suis retrouvé ici. En suivant un lien publié par un de ces contacts.
    Je crois que Diaspora* était ce qui manquait au libre : un moyen de communiquer entre nous tous, et sur tous les sujets. Les forums actuels étaient toujours dédiés à quelques choses. Utilisateurs d’Ubuntu, développeurs web, etc. Là, plus de limite, nous sommes seulement là, à contempler ce qui se passe, et libre à nous de participer. Si tous les gens qui participent au fonctionnement de l’Internet viennent réfléchir et débattre sur Diaspora*, nous pourrons nous construire notre Internet comme nous le voulons.

    A ma découverte d’Ubuntu, j’ai voulu le partager avec tout le monde. Je voulais mettre mes parents dessus, mes amis… Certains ont essayé. Peu ont réellement suivi. J’ai eu la même envie avec Diaspora et Facebook. Mais quand je regarde à côté, je me dis, de manière égoïste « finalement, ne sommes nous pas mieux sans la foule ? ». Regardez ce qu’est devenu Android maintenant qu’il a percé : Des virus, des applications espionnes, de la surfacturation…
    L’avenir est dans la diversité. Si tout le monde était sur diaspora, peut être que je retournerais sur facebook.
    Ce qu’il faudrait pour moi, ce n’est pas du libre pour tous sous la forme d’un seul service, mais pleins de services différents, libres ou pas, mais utilisant les même standards, afin de permettre aux utilisateurs de choisir en étant sûr de pouvoir communiquer et d’être compatibles. C’est donc dans des organismes comme le W3C que nous devons nous investir, afin d’améliorer l’Internet, peut importe qui s’en servira.

  10. Le libre n’a pas gagné.
    Il y a quelques beaux succès (Firefox, WordPress, VLC, Wikipedia, etc.) mais pas de victoire définitive.
    Normal, le monde change. La vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain.
    Cependant, les libristes ont pour eux l’état d’esprit (voire une idéologie) qui les animes.
    Sur le long terme cet état d’esprit ne me semble pas prêt de disparaitre. Peu importe les branlé que les projets libres se prendrons sur certaines niches, la vague continuera d’avancer.
    Les services proprio se prendront également des branlées un jour ou l’autre. Le monde change… Créer de zéros est plus simple que de s’adapter. il y aura des nouveaux acteurs et des has been… et du libre. Pas forcément majoritaire mais toujours là.

    « assieds toi au bord de la rivière, tu verras le cadavre de ton ennemi passer… »

  11. Hello,

    Comme beaucoup je pense que cet article est une belle illusion, un beau rêve.

    En effet comme certains le décrivent MSN et Skyblog se sont fait manger par Facebook… Pourquoi ? La facilité de créer un article de partager des photos de publier un status, pas besoin d’installé un logiciel, pas besoin d’être connecté pour avoir une réponse et Google+ ne changera rien (entre Facebook et Google c’est un peu choisir entre la peste et le choléra). Surtout que l’utilisateur final (en généralité) n’en a rien à faire que ça soit proprio ou libre.

    WordPress lui à tuer skyblog simplement parce que quelqu’un qui voulait juste parler de sa vie est aller sur Facebook, les autres les power-users, les webmestres etc… préfèrent avoir un nom de domaine, s’ocupper de leur petite perle (leur site) donc il est logique qu’un CMS remporte la donne.

    Pour le Web comme dit plus haut Chrome bouffe petit à petit firefox, je me demande même comment c’est possible… Bref on passe à du libre à du propriétaire, quelques illuminés se laissant convaincre par la stratégie de Google qui fait croire qu’il sont pour l’OpenSource (pour Google OpenSource veut dire vous m’aidez, et je profite). Bref l’utilisateur final lui voit avec Google que c’est gratuit et ne fait pas la distinction avec le libre.

    Pour OpenStreetMap alors la je me demande si une fois tu as utilisé ce logiciel comme GPS (moi oui avec NavDroyd sur Android). Si tu es à pied tu peux oublier les cartes ayant de faibles détails donc inutilisable, en voiture il manque pleins de routes, l’idée est bonne mais voilà pour l’instant ça s’arrête là et je ne suis pas sur qu’ils avanceront aussi vite que Google Maps ou d’autre système de navigation payant.

    Pour finir 1% des utilisateurs ont crée un système…. tu oublies peut-être que des gens utilisent peut-être Windows et/ou Mac et on un serveur, quand à Wikipédia beaucoup contribuent en étant sur du propriétaire.

    Bref tu es encore jeune et rêveur, un peu trop rêveur, et parler de Facebok en disant Google+ c’est mieux, c’est changer pour du propriétaire, pour un autre propriétaire, encore plus centralisé, qui va dominer ta vie. Bonne chance avec Google alors… ça fait bien longtemps que je méfie de Google et cette méfiante est exponentielle.

    L’avenir je ne peux pas le prédire mais c’est clairement pas le libre…

    Un peu plus personnel, j’ai aussi un téléphone Android et franchement je vais prendre un iPhone au moins Apple respecte un peu plus ma vie privée, peu être que c’est plus fermé et tout est payant. Ma vie elle n’a pas de prix, fais ton choix.

    @+

  12. « Pour finir 1% des utilisateurs ont crée un système…. tu oublies peut-être que des gens utilisent peut-être Windows et/ou Mac et on un serveur, quand à Wikipédia beaucoup contribuent en étant sur du propriétaire. »

    Pas compris ce que tu voulais dire.

    « parler de Facebok en disant Google+ c’est mieux »

    Je ne pense pas qu’il ait voulu dire ça. Juste que Google survivra plus longtemps si le web bascule.

    « j’ai aussi un téléphone Android et franchement je vais prendre un iPhone au moins Apple respecte un peu plus ma vie privée, peu être que c’est plus fermé et tout est payant »

    Des arguments affirmant qu’Apple respecte plus la vie privée que Google ? Tu n’as pas suivi les histoires sur les données enregistrées, etc ? Je ne demande qu’à te croire, mais je ne pense pas qu’Apple protège mieux ses utilisateurs…

  13. Que surement des personnes utilisant un systeme propriétaire contribuent au libre donc plus 1% je pense.

    Google+ ferra comme Wave etc… et les nombreux échecs de Google. Les meilleurs réussites étant leurs achats (hormis leur moteur de recherche): Youtube, Android. (Quant on fait des profits énormes on peut s’amuser à gaspiller son argent pour des problèmes d’égo).

    J’ai bien suivi l’actualité avec Apple et Google fait exactement pareil sans compter qu’ils utilisent aussi des algo pour lire tes mails afin de cibler la publicité, plus tout ce qu’on ne sait pas puisque tout est sur leurs serveurs. Voilà Apple ils se font attraper car ils laissent les données sur ton téléphone, que dire de Google ?

    Je dis méfiance il ne faut surtout pas soutenir Google c’est la pire boite au monde avec leur double jeux (comme j’ai dis il profite de la communauté OpenSource à leur profit). Certains, beaucoup se laissant berner.

  14. Sur le Planet Libre où j’ai vu ce billet il est immédiatement suivi par celui-ci : http://www.system-linux.eu/index.php?post/2011/07/21/La-mort-d-internet-se-confirme-un-peu-plus-%C3%A0-Bruxelles qui a pour effet de doucher ce bel optimisme.

    Certes le client est roi, mais tout est fait pour que les décisions soient prises sans lui demander son avis et entre grandes entreprises. Et si la neutralité du réseau n’est plus assurée j’ai bien peur que le futur moteur de recherche génial qui pourrait remplacer Google (ou tout autre service web génial) ne puisse jamais percer car pour accéder aux utilisateurs il devra aller négocier de la bande passante avec des fournisseurs d’accès qui auront tous des accords avec Google, Bing, Facebook ou autres entreprises déjà en place.

  15. Tiens, j’ai une impression de déja vu ! N’aurais je pas déja eu un débat similaire avec toi ? 🙂
    Bon, je vais reprendre un peu tout point par point, même si tu me l’avais reproché une fois sur ton blog, désolé, mais pour moi c’est la meilleure manière de répondre.

    Tout d’abord, je n’ai pu m’empêcher de tiquer quand j’ai vu que tu parlais d’une purification du web dans 10ans et pour cause, c’est exactement ce que j’ai dit quand j’ai découvert le monde de Linux et du logiciel libre : dans 10ans, la majorité des gens seront sous Linux et utiliseront du logiciel libre. Aujourd’hui, ça doit faire 5ans, la proportion d’utilisateurs de Linux est, au mieux, passée de 1 à 2% et le monde n’a pas changé … C’est aussi ce que beaucoup de personnes se disent « L’année XXXX, c’est l’année où Linux sera prêt pour le Desktop », plein de gens se sont dit ça en référence à certains évenements en pensant que la sortie de Mandrake, Ubuntu, KDE4 ou Gnome3 (entre autre) allait faire migrer tout le monde sur notre plate forme préférée ! Mais rien …
    Dans tout ça, le seul point qui pourrait me donner raison, c’est Android, qui a boosté l’utilisation de Linux par le grand public … Mais au final, qu’est ce que ça nous a apporté ? Ben pas grand chose, et pourtant, j’étais super optimiste quand Google a annoncé Android … Une belle déception.

    Ensuite, je ne pense pas que Skyblog soit mort à cause de WordPress … La disparition de Skyblog, pour moi, c’est d’abord Facebook qui en est la cause : les kikoolol, au lieu de raconter leur vie et poster des photos d’eux sur leur skyblog, ils le font sur Facebook. Ensuite, d’autres personnes, qui elles bloguaient vraiment, ont certainement migré vers d’autres services tels que WordPress ou Blogspot (qui me parrait bien plus populaire que WordPress sorti des milieux orientés libre).
    Firefox a remplacé IE, j’y reviendrais plus tard, il faut voir dans quelles conditions …
    OpenStreetMap est supérieur à GoogleMaps dans certaines zones (voir l’article de Framablog sur le zoo de Berlin) et très pauvre dans d’autres … Il y a encore du progrès à faire, on verra plus tard ce que ça donne …
    Pour Marble, c’est un excellent logiciel, mais ce qui fait le succès de GoogleEarth, c’est pas leur logiciel à la con, c’est les photos sattelites, et ça, dans le monde du libre, sans de très généreux donateurs, on va pouvoir attendre … En attendant, on a les photos de la NASA qui ont une résolution pourrie mais qui couvrent le monde entier et qui sont libres.
    Et pour StreetView, je te trouve bien pessimiste, pourquoi ne pourrais on pas faire pareil en sortant dans la rue avec son appareil photo ? Avec un peu de rigueur et de bonnes idées, on peut très bien imaginer un équivalent libre. Et dire que StreetView n’a pas d’avenir juste parce qu’il ne peut pas avoir d’équivalent libre me parrait un peu osé.

    Pour ce qui est de Google, évidemment qu’il se porte bien, et leur position dominante explique pourquoi une concurrence sérieuse metterait énormément de temps à s’installer. Déja il faudrait faire aussi bien (et ça risque d’être dur tant un moteur de recherche est difficilement décentralisable même si quelques initiatives tentent de voir le jour) et en plus il faudrait s’imposer … Regarde Linux, Ubuntu est une alternative très crédible à Windows pour le desktop, et pourtant, s’imposer à coté d’un géant qui profite de sa position dominante, c’est dur.

    Et là, j’aimerais répondre à ta grande question : « Quand 1% des internautes a produit à lui tout seul un système d’exploitation complet, une carte du monde et une encyclopédie internationale, qu’est-ce qui pourrait vous paraître irréalisable ? », qui est très pertinente. Ma réponse est simple : rendre l’utilisateur intelligent. Parce que c’est lui le gros soucis, techniquement, des tas de solutions sont meilleures que certaines merdes en place (jabber par rapport à MSN, Linux par rapport à Windows, j’ai bien envie de placer « un produit bas normand à la place de Citrix » :p), mais l’utilisateur, il en a rien à foutre, il utilise des trucs sans savoir pourquoi, et il veut pas changer. Que ma mère ait ce comportement là, je peux comprendre, mais quand je suis arrivé à SUPINFO et que j’ai vu que même des gens ayant des connaissances en informatique étaient comme ça, je me suis dit qu’il y avait encore du boulot, et ça m’a rendu « pessimiste » comme tu dis.

    Maintenant, je ne pense pas qu’il faille être pressé que l’avènement de l’intelligence informatique (= celui du logiciel libre ou du web ouvert par exemple) se fasse le plus rapidement possible. Un exemple : Firefox. On a tout fait pour que les gens normaux l’utilise à la place de IE, pour ça on leur a dit « mais regarde, c’est carrément mieux » en pensant « c’est trop cool : c’est libre ». Et on était bien content parce que la proportion d’utilisation des logiciels libre augmentait ! Aujourd’hui, Chrome est arrivé, et l’utilisateur a qui tu as dit « regarde, c’est mieux » au lieu de « regarde, c’est libre » pour être sûr qu’il accepte, il comprend rien quand tu lui dit de ne surtout pas passer à Chrome, lui il ne peut que te répondre « mais c’est plus rapide et ça clignote, c’est mieux, comme FF est mieux que IE ». Du coup, je veux que l’avènement de Linux sur le desktop se fasse, je veux que Jabber surpasse MSN et Facebook Chat, je veux que Movim ou d’autres solution dans le même esprit remplacent Facebook et compagnie, et je sais que ça se fera un jour, mais ça ne doit pas se faire dans la précipitation ! Je veux que ça dure le plus longtemps possible et pas jusqu’à ce qu’une solution propriétaire propose mieux. Arrêtons donc de vouloir absolument voir cette révolution se faire le plus vite possible et essayons de la faire le mieux possible, et surtout, le plus naturellement possible, parce qu’après tout, le libre, c’est naturel. Mais je le concède, ça me fait bien chier d’attendre.

    Allez, that’s all folks.

  16. Trop mignon ! Mais il y a une chose que tu oublies dans ton article : l’argent. C’est bien beau de faire de l’open source. Il y a des gens qui souhaitent passer leur temps libre à créer, partager, contribuer… Et puis il y en a qui veulent en vivre. Google n’a pas fini d’avoir la main mise sur le web. Tant qu’il y aura des gens pour rechercher des choses, sur des pages dans lesquelles d’autres gens auront payé de la publicité ciblée, etc. L’argent permet à Google de faire ce qu’il veut. On peut rêver du libre et y croire, les projets qui ont réussi ne manquent vraiment pas, mais ça ne marche pas à tous les coups. Cela ferait longtemps qu’on serait tous sous Linux, pourtant ça a beau évoluer doucement (avec les netbooks, Android…) on ne peut pas dire que ça soit un « renversement ». Ou alors il prend (vraiment) son temps.

  17. Je ne pense pas que l’on puisse predire ce qu’il se passera dans 10 ans, pour le web ou pour le monde entier, tellement les changements sont « rapides » a cette echelle de temps.

    Je reve que le monde se reveille et sorte des differentes prisons dans lequel il s’enferme lui-meme. Cependant, cela n’est pas gagne. C’est a nous, autres geeks et « savants fous », d’eduquer les autres pour leur faire comprendre qu’ils ont de l’influence sur l’avenir.

    Les gens doivent voir au dela de ce qu’on veut bien leur montrer. On peut devenir maitre du changement quand on prend conscience des implications de celui-ci. Pas avant.

  18. Juste pour rappeler à ceux qui pense, en bonne partie à juste titre, que l’argent est le nerf de la guerre, que la Grande Crise débutée en 2007 n’a pas terminé de dérouler son scénario. Y a pas qu’Internet qui va changer dans les 10 prochaines années, mais tout le système, tout ce système qui est fini, c’est une chose connue. Du coup l’avenir est inconnu, incertain. On pourrait se diriger vers une néo-féodalité (suggérée par les rêves ultralibéraux) ou vers autre chose.
    Dans cette situation, je pense que tout est bienvenu dans la réflexion pour inventer un monde nécessaire, et surtout des visions utopiques.

  19. Euh.. Internet change certe on ne peut pas le nier. Moi je suis assez bien l’actualité sur la neutralité du net et j’ai l’impression que la balance penche plus du mauvais coté

    Chez orange : Port 25 SMTP bloqué
    Numericable : auto hebergement interdit
    SFR : Dns menteurs

    Maintenant les opérateurs ne proposent pas vraiment chacun le même accés à internet, donc le reseau commence à ne plus être totalement neutre.

    Aprés certes on a les logiciels libres (firefox, jabber etc..), mais qui n’existeraient pas sans un internet libre.

    Du jour au lendemain ils peuvent trés bien bloquer les ports pour se connecter à un VPN en disant que c’est pour lutter contre le téléchargement illégal. Orange la fait avec le port 25 pour envoyer ses mails en disant que c’est pour lutter contre le spam, du coup on est forcé de passer par leur relais.

    Peut-être que je me trompe, mais internet sera plus centralisé et plus controlé dans l’avenir ; pour en fin de compte revenir un peu au système du minitel. Cela dependra du nombre de gens mobilisé et engagé pour qu’internet reste internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *