dsc00428

Fin des cours à Supinfo, résumé de l’année 2010

Au début de l’année, les cours sont très long, l’e-learning est mal vécu. Le terme de prépa fait même sourire l’entourage car le rythme n’y est pas. Et pourtant, près de 6 mois après le BAC les choses sérieuses commencent. Le rythme s’accélère franchement, les notes baissent dû au manque de travail personnel, conséquence du relâchement post-BAC et de longs mois passés à étudier des maths, de la théorie et des fondamentaux.

Le cours sur Mandriva Linux c’est la prise de conscience, les premières grosses difficultés sont là. Moyenne de la classe proche de 6 (et je suis gentil). Le cours Oracle SQL10g n’est pas mieux, mais le temps libre est employé à des choses plus concrètes. Des camarades commencent à organiser des cours de révisions collectifs le mercredi, d’autres émettent des avertissement vers les moins courageux.

La solidarité SUPINFO prend tout son sens, les groupes de projets de fin d’année se constituent, les groupes Labo aussi. On ne sait pas bien si cela prendra forme mais l’idée est là. Finalement les projets de fin d’année prennent la priorité, avec les matières difficiles du moment.

Vacances de Pâques, snowboard, gamelles, mal aux fesses et courbatures.

Parlons un peu des matières difficiles tiens. Le cours de réseau, Cisco, c’est le cours qui a réveillé ma passion pour l’informatique. Non pas que les cours précédent ne m’intéressaient pas, ils étaient « juste » intéressants. Ce cours là on a envie d’en refaire dès qu’on arrive à la maison, je sais maintenant que ma voie professionnelle passera certainement par là.

Les outils mis à disposition par l’école sont d’une très grande qualité : Packet Tracer, VMware, l’intégralité des licences Microsoft, Mac OSX, l’infrastructure réseau, le serveur d’échange pour les étudiants…

Cette année j’ai compté 17 matières distinctes, je dois dire que la qualité des profs est absolument irréprochable. Pour ma part, avoir des étudiants d’années supérieures dans les rangs des profs a été une découverte. La proximité est infiniment supérieure, dû à l’âge mais aussi à des expériences communes, une même passion et une vision de l’informatique actuelle très proche. L’ambiance de la promo était réellement géniale.

L’an prochain certains nous quitteront. SUPINFO nous permet de changer de campus, 5 départs pour le Canada, quelques autres pour les campus aux alentours et enfin vers d’autres destinations françaises. Paradoxalement c’est en B2 que nous seront les moins nombreux, en attendant les BTS qui entreront en B3.

L’année se conclue par un stage de 3 mois, pour moi ca sera… Réseau !! 😀 Je suis pris chez une Webradio pour travailler sur leur matériel Cisco.

Je sais maintenant que mes 5000€ ont surement servi à financer le serveur mail surgonflé du staff de l’école 😛

9 commentaires sur “Fin des cours à Supinfo, résumé de l’année 2010

  1. Eh beh, les choses deviennent sérieuse, sa fait du bien d’avoir un retour, l’autre jour je me demandait si tu taffait un peu quoi …

    Je t’imaginais en vacancier pendant 9mois 😛

  2. Oui c’était une très bonne année avec une très bonne promo dans une très bonne école.
    A Caen, nous sommes très bien, l’administration et les profs sont géniaux. =D
    Je pense que le fait que ce soit des élèves qui nous fassent cours est une très bonne chose. Comme tu le dis on bénéficie directement de leur expérience et c’est un vrai bonus.

    Dommage par contre que l’administration de Paris est à coté de la plaque :/

  3. L’administratio n de Paris n’est pas a cté de la plaque ! Elle est 100km en dessous de la plaque –‘ Une belle bande de boulets ^^

  4. Pour moi, on peut classer les profs en trois catégories :
    les STA (les élèves qui font cours)
    les profs (profs en BTS / DUT a la fac qui viennent faire cours a supinfo)
    et les personnes extérieurs qui ne sont pas profs (on a eu des profs comme ca, ils ont une societé en informatique ou quelque chose comme ca et viennent faire des cours à SUPINFO).

    Si on devait classer la qualité d’enseignement, la dernière catégorie est vraiment la meilleur, ensuite, les STA et enfin les profs.
    Maintenant, avoir un cours par un vrai prof, je n’aime vraiment pas ça, ce dont ils parlent, ils ne le vivent pas, c’est vraiment dommage, j’espère qu’on en aura pas trop l’an prochain.
    Les STA, eux, ils aiment ce qu’ils enseignent et tout, c’est vraiment des bons enseignants, et super sympa.
    Les personnes extérieurs sont aussi super sympa et ont des connaissances vraiment très poussées.

    En tous cas, pour moi c’était vraiment une année super sympa.

  5. sympa premier lien avec un référencement naturel 😀
    sur ce, il y a des STA vraiment nul à chier, par chance on a été épargné… 🙂
    et il a des profs très bien aussi, donc on peut seulement les classer en deux catégories :
    – les passionnés
    – et les autres :p

  6. Je suis plutôt d’accord avec l’article qui est publié ici… Je peux même dire que mon année ressemble beaucoup a ce qui est décrit .

    Un début un peu moins captivant et donc motivant que les matières de fin d’années.
    Mais une fois les technologies Oracle, Cisco ( j’espère rejoindre la grande famille de cette dernière technologie) et autres matières plus techniques commencées, on apprend beaucoup de choses.

    Il restera toujours des points négatifs comme pour toutes les écoles ( celui a régler en premier est bien sur celui des cours e-learning) mais les dirigeants semblent prendre des mesures pour améliorer tous ces défauts.

    Je préfère tout de même rester un peu sur mes réserves et j’attends de voir avant de juger les projets qui sont en construction.

    J’ai également le même classement que Sebastienb sur ce qui est des instructeurs.. Les STA nous ont clairement montré ce qu’ils valaient, et à vrai dire j’aurais aimé n’avoir de que des STA cette année.

  7. Je rentre cette année en 2nd année, je n’ai pas de bourse. Comme diplôme ? Un bac. C’est tout. Donc pour moi et pour beaucoup de personne, Supinfo c’est notre école, c’est ce que l’on aura quand on entrera dans notre vie active.
    Nous nous n’avons pas de formations annexe et encore moins de BTS.
    Le problème n’est pas le prix, mais ce qu’ils font de notre argent, comme ils la gèrent, car l’école ce fait une réputation en fonction de son fonctionnement. Quand l’école fonctionne mal, le diplôme va mal, quand le diplôme va mal, nous allons mal.

  8. Un groupe d’étudiants a ouvert http://www.supinfocestnous.fr/ , il s’agit d’un blog publiant des témoignages d’étudiants, bons ou mauvais. L’idée c’est de permettre aux lycéens de se faire une idée à travers nos ressentis, et non sur les relevés de facturation du chauffage de l’école.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *