Devons nous avoir peur d’Internet ? (2/2)

Si vous avez eu le courage de lire le Chapitre 1 et si vous êtes déterminé à lire la suite, je vous invite à faire suivre ce message auprès de vos proches. (Sinon vous pouvez raccrocher 😛 )

Dans le SVM n°263 d’octobre 2007, j’ai trouvé un article qui résume parfaitement ma conception du « principe de précaution » que j’applique à la lettre depuis toujours. ^^

Pas parano, mais presque.

« Je n’élève rien au rang de religion, pas même celle héritée de mes parents, mais j’avoue qu’il est un domaine où je suis un fervent pratiquant : la sécurité informatique. Toutes mes machines sont blindées à l’antivirus, au firewall, à l’antispam, à l’antiphishing, à l’antikeylogger, et je ne vous parle même pas des logiciels de cryptage, de destruction définitive de fichiers, de suppression des historiques, que je garde toujours à portée demain. Je ne m’en sers pas, mais ca me rassure. Autant vous dire que mon PC est mieux sécurisé que celui de Michel Sardou (chacun son truc, je chante beaucoup moins fort que lui).

Je ne laisse évidement jamais mon adresse mail perso à mauvais escient. J’ai un stock d’adresses « poubelles », que je ne consulte jamais mais qui sont relevées automatiquement une fois par semaine, et qui me servent juste à m’inscrire sur des sites et des forums qui vous obligent à fournir vos coordonnées en échange d’un vulgaire service. Sur ces sites, je m’appelle systématiquement Bidule ou Tartempion, et je suis né le 01/01/1980.

Les réseaux sociaux ? Je m’y suis inscrit une fois, je crois que c’était en 2004, pour voir comment ca fonctionnait. Depuis, régulièrement, je reçoit des notifications par mail de gens que je connais, d’autres que je ne connais pas, d’autres que je connais peut-être, qui me demandent de devenir leur ami. Jamais répondu. J’ai sans doute tort, mais un site qui me promet de me faire 10800 amis en deux clics de souris, j’avoue que j’ai du mal. Les virus, les pirates et les importuns ne passeront pas par moi. Ma vie privée, mes données perso, ma photo, mes amis, ca me regarde. Je vis caché, je suis heureux !

Tout ca n’a pas empêché mon conseillé financier de m’appeler l’autre jour. « Votre carte bancaire risque d’être piratée, son numéro circule sur Internet. Je vous laisse une heure pour retirer du liquide dans un distributeur. Après, je désactive votre carte, vous recevrez la nouvelle dans une semaine. » Il a sans doute cru me rassurer en précisant qu’il venait de fouiner dans mes comptes : « J’ai vérifié toutes vos transactions, je n’ai rien vu qui sorte de l’ordinaire. Au fait, c’est bien vous qui avez fait un achat de 130€ dans une galerie d’art samedi dernier ? » C’était moi, oui.

Mais heureusement que je ne suis pas parano. »

Patrick Zémour.

4 commentaires sur “Devons nous avoir peur d’Internet ? (2/2)

  1. Très bon texte. Je me souvenais plus de cet article du SVM (car moi aussi je suis un grand fan de cet hebdomadaire). Il résume de façon clair, à la fois les risques (spams, « numérisation de sa vie ») que l’on peu avoir en laissant des traces sur internet et les façons d’y remédier (alias d’e-mail, e-mail jetables).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *