GTA V

GTA V : et vous, avez vous eu le courage de le terminer ?

J’ai reçu GTA V à noël et j’avoue que j’en attendais beaucoup : le IV avait placé la barre très haute.

Tout d’abord, la physique est toujours aussi pénible. On pouvait attendre que les chutes à moto soient moins fréquentes par exemple, que les sauts à pied soient plus réactifs, qu’un saut foiré entre deux éléments du décor ne transforme pas notre perso en pantin désarticulé pendant près de 5 secondes. Non.

GTA V régresse par rapport à GTA IV sur certains points. Par exemple plus aucun bâtiment de la ville n’est ouvert pour s’y balader (bars, hôpitaux, commissariats, immeubles d’entreprises…) à l’exception des lieux possédés (boite de nuit, maisons de spawn).

GTA V ré-introduit des concepts qui avaient été abandonnés dans le IV, comme le vélo, le saut en parachute, le pilotage d’avion ou encore de sous-marins. Ces activités sont bien sympa, souvent couplées à l’amélioration des stats sportives de chacun des 3 persos contrôlables.

Le scénario est littéralement chiant, pire que le IV en terme de continuité, à des années lumière de l’expérience qui pouvait être trouvée dans Vice City. La map est une seule et unique île allongée que le jeu n’hésitera pas à vous faire traverser en permanence en long, en large et en travers, causant d’interminables trajets en véhicule (tâche déjà fastidieuse avec des véhicules hors service après quelques contacts trop violents).

La police est extrêmement agressive (tirs sans sommation dès la première étoile, répliquer = 2eme étoile, meurtre = la 3ème) et particulièrement coriace. Plus question de rouler comme un fou, sous peine de finir en course poursuite dans un simili de guerre civile à l’arme lourde. Et cela a tendance à tourner court, puisque par réalisme seules quelques blessures par balle vous tueront. On a souvent la désagréable impression de perdre son temps, partant faire une mission, déclenchant accidentellement un échange de tir, finissant à l’hôpital avec -5000$.

Le jeu manque cruellement d’intuition par période : il vous laisse chercher comment déclencher la mission suivante de longues minutes, avant que vous ne constatiez sur Google que vous n’auriez pas trouvé tout seul. Les téléphones portables donnent accès à la bourse, sans jamais vous prévenir que seules 7 missions vous proposent d’investir la totalité de votre argent sur l’entreprise concurrente à celle que vous allez attaquer. Vous réaliserez ainsi bien trop tard qu’il vous sera impossible d’acheter la moindre propriété du jeu.

Le jeu se relève un peu avec quelques nouveautés intéressantes que je me passerais de présenter. À mon goût le jeu reste interminablement long, bien qu’il mérite d’être terminé au plus vite via la quête principale.

3 commentaires sur “GTA V : et vous, avez vous eu le courage de le terminer ?

  1. Comme quoi les gouts et les couleurs !

    J’ai adoré ce GTA 5, c’est d’ailleurs le seul que j’ai terminé, c’est dire si j’ai accroché à l’histoire et au concept des 3 personnages.

    Il y a effectivement quelques errances techniques et quelques régressions en matière de gameplay (quelques foutages de gueule de R* aussi comme l’appli ifruit, avec laquelle on vous bassine dans le jeu, mais qui n’a pas encore été développé sur PC, malgré le délai supplémentaire de développement, et c’était d’ailleurs aussi le cas, sur 360, lors de sa sortie), mais bon rien de bien suffisant pour avoir la dent aussi dure que vous. 😛

    Sinon pour la police il y a un MOD qui vient de sortir et qui est censé corriger le grand porte na oik actuel.

    https://www.gta5-mods.com/misc/rebalanced-authority

  2. Je viens de réaliser que vous avez une version console puisque vous parlez d’un cadeau de noël, du coup le MOD ne va pas vous être d’une grande utilité ! ^^

  3. Oui en effet je dispose bien de la version 360 ! Je ne profite pas des plus beaux graphismes non plus, bien que ce soit déjà très correct.

    L’expérience varie selon les joueurs, et sachant que les articles élogieux ne devaient pas manquer, j’ai choisi de faire ce que je fais bien : faire ressortir ce qui pêche.

    J’ai surtout été déçu de jouer à un GTA IV amélioré et non à un jeu qui aurait su corriger les erreurs du passé. Rockstar n’en n’est plus à ses premiers essais, pourtant GTA V cumule les défauts. J’avoue que me lasse probablement de la série.

    Je procède par comparaison avec les anciens opus, je suis peut être injuste vis à vis des possibilités qui sont offertes ici. Ayant fini Vice City et GTA IV, j’ai conservé un excellent souvenir de Vice City, je crois pouvoir affirmer qu’il était plus modeste et tenait plus facilement ses promesses, voilà tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *