L’hébergement total, chez soi

J’avais pour projet de tout héberger (mails, site web, jabber, mumble, ftp …) sur un nettop à la maison, une Eeebox Asus pour 300€ environs (un barebone n’est souvent qu’un boitier).

J’ai tout d’abord fait une étude de faisabilité du projet. Aujourd’hui la plupart des services que nous utilisons en ligne sont utilisables en local, encore faut il trouver quelques astuces.

Ainsi, il est tout à fait possible d’héberger vos mails car ce service ne demande ni un temps de réponse court (jabber) ni une bande passante conséquente (blog) ni une qualité de service (mumble).
Si votre ligne subi des déconnexions chaotiques doublées d’un débit proche du 56k vous n’avez aucun soucis à vous faire. De toute manière, les mails ont une durée de rétention qui leur permettra d’arriver à bon port malgré une absence ponctuelle de votre machine sur le réseau.

Là où il commence à y avoir des problèmes c’est en matière d’hébergement Web, tant en sécurité que par les problèmes que pose le modèle ADSL. La nobox de Benjamin Bayart se partage donc 1 Mega théorique d’upload, divisé par 8 (octet) cela nous fait 125 Ko/s. Il faut avouer que ca fait froid dans le dos d’enlever les pertes en lignes (~1/4) et la consommation habituelle de votre messagerie instantanée, Skype, Teamspeak et autres Mumbles. Auxquels s’ajouteront vos échanges de fichiers, Facebook, Youtube et l’upload constant de votre client P2P que vous utilisez généreusement pour soutenir votre distribution Linux préférée.

Bref, votre salaire net est comme d’habitude bien maigre, à peine peut-on espérer 80Ko/s pour un upload qui souffrira de déconnexions. Dans la plupart des cas, vous êtes donc mal parti. Heureusement pour les plus acharnés d’entre vous, des astuces permettent de contourner ces difficultés.

Installation du serveur

eeepc 900A
Si vous commencez de zéro sachez qu’il vous faut donc :
– un ordinateur dédié, allumé 24h/24,
– une distribution Linux Serveur (parce que c’est gratuit),
– beaucoup de motivation.

Si vous n’en n’être pas sûr, retournez acheter un peu de « beaucoup de motivation », ca s’échange facilement contre du « temps ».

Pourquoi une Eeebox ?
– c’est tout monté,
– ca consomme très peu,
– bonne config matérielle,
– ca coute moins de 300€,
– ca ne fait aucun bruit,
– se fond très bien dans le salon,
– connectique (SD, USB, Wifi …).

Exemple : ZOTAC MAG 260€

Pourquoi Debian ou Ubuntu Server ?
– beaucoup de support officiel,
– beaucoup de mises à jours,
– beaucoup de tutoriels,
– stable, sécurisé, complet, gratuit.

Exemple : DebianUbuntu

Comme un serveur n’a (par définition) ni écran, ni clavier ni souris, commencez par prendre la main en SSH. Le client SSH ‘Putty’ permet de sauvegarder des profils, à utiliser sans modération ! Dernier outil à installer : htop (encore mieux que la commande ‘top’), à installer directement depuis les dépôts.

» Pour aller plus loin.

Cas N°1 : L’hébergement des mails

Le serveur de réception du courrier peut le faire sur deux protocoles, POP est le plus répandu. Ce protocole vieillissant est encore très bien supporté et je n’ai jamais rencontré de problème. C’est pour cela que je vous conseille d’installer (peut être à tort) Dovecot.

Comme toujours, les logiciels les plus matures disposent de documentation abondante sur Internet. IMAP, mal configuré chez Hotmail, m’a par exemple posé de très nombreux problèmes de réception de mes pièces jointes.

Pour envoyer des mails voici Postfix ! Et quand je parle de documentation abondante, ici ou encore , c’est à peine si vous aurez à réfléchir, il ne reste plus qu’à copier coller.

Mine de rien, envoyer/recevoir ses mails, ca serait bien mieux chiffré non ? Imaginez, un malin se poste devant chez vous avec son ordinateur portable, il entre par effraction sur votre Wifi et scrute le réseau avec Wireshark. Il peut lire tous vos mails qui passent « en clair » sur le réseau.

Ajoutez l’authentification SMTP sur un serveur mail ! C’est facile, regardez sur ®om’s blog. Si vous souhaitez comprendre la différence entre SSL et TLS, demandez à Michel (c’est son vrai prénom).

Maintenant, pour lire vos mails vous avez encore deux solutions (elles vont toujours par deux). Utiliser Thunderbird, Windows Live Mail, Outlook & Co. Ou utiliser une Webmail, vous savez les boites en ligne comme celles de Orange, Free, Gmail, Yahoo.

Ca aussi vous pouvez l’héberger. Le Webmail du FAI Free par exemple est libre et gratuit (je plaint les anglais qui traduiront ca). Il s’appelle Horde, mais trop old school à mon gout. Alors en voici deux :
Zimbra (oui, le nouveau webmail de Free !) propriétaire (VMWare)
RoundCube, dont un tuto sur Rom’s blog

On termine par un filtre à spam coté serveur :
– soit le classique Spamassassin,
– soit Maia Mailguard, qui propose une interface Web.

» Pour aller plus loin.

Vache peinture

Cas N°2 : L’hébergement Web

Voilà le point qui coince : la nobox de Benjamin Bayart va devoir supporter 8 utilisateurs simultanément. Ce chiffre représente un petit blog en heure de pointe. Nos 80 Ko/s en upload se retrouvent partagés en 8, soit 10 Ko/s chacun, pour charger une page qui va en moyenne de 600 Ko à 1000 Ko. Les temps de chargements s’allongent, si le nombre d’utilisateurs explose (publication sur un Planet par exemple), le serveur rend l’âme.

Nous en parlions avec Romain, le Load Balancing devrait être une excellente solution si vous avez un ami blogueur qui souhaite également s’auto-héberger. L’avantage est double : si une connexion tombe, l’autre prend le relais; si un blog consomme trop, les visiteurs sont répartis.

Cette solution est compliquée à mettre en place. Il y a également un second problème : votre serveur (physique) va embarquer de nombreux serveurs (logiciels) qui représentent autant de failles. Un serveur Apache ou MySQL qui n’est pas mis à jour représente une faille de sécurité, non pas pour votre machine mais pour TOUT votre réseau local.

Le serveur doit donc être isolé sur un sous-réseau différent du réseau local, et s’administre en SSH via Internet. Cette opération n’est pas permise chez Free, ce qui rend tout hébergement potentiellement très dangereux pour votre réseau local en cas d’attaque.

3ème problème de taille : les attaques DoS et DDoS. Des milliers de requêtes saturent votre bande passante dans le but de mettre hors combat votre site Web. Mais ceci aura également un impact direct sur la réception de la télé, du téléphone et tout service ADSL.

Si vous comprenez les risques, voici deux serveurs web :

Apache2 est vraiment très probablement le plus connu des serveurs Web. On le retrouve absolument partout, il est mature (donc de la doc et du support) mais il fait du coup la cible privilégiée des hackers.

Cherokee est un serveur Web encore peu connu, mais il va devenir vraiment très populaire par sa simplicité de configuration. Je vous invite chaudement à lire ce tuto sur Nicolargo blog qui présente l’interface Web. Un projet qui a l’air vraiment très abouti.

Il faut également ajouter un module PHP ainsi qu’un module MySQL qu’on pourra administrer en interface web grâce à phpMyAdmin.

Exemples de sites auto hébergés : JapImpactHostux

» Pour aller plus loin.

Cas N°3 : Serveur d’échange FTP

Très pratique pour envoyer à distance des fichiers sur votre serveur Web, un serveur FTP se révèle également utile si vous montez un Mediacenter.

PROFTPD est probablement l’un des meilleurs serveurs FTP. Il faut le coupler à Gproftpd pour en faire un outil vraiment facile à utiliser.

Pour en avoir utilisé un durant plusieurs mois, un serveur FTP fait rapidement l’objet de nombreuses attaques et autres tentatives d’intrusions. Pour s’en protéger, tournez vous vers denyhosts : son rôle est de bannir les IP qui échouent à se connecter de manière répétées. fail2ban fonctionne sur le même principe mais s’appuie sur iptables pour gérer la liste noire.

» Pour aller plus loin.

Quelques logiciels addictifs

Bien que propriétaire, TeamSpeak se révèle incontournable pour les Gamers. Dans le même genre, on trouve encore Mumble (libre).

Le tout jeune Diaspora pourrait vous intéresser si vous souhaitiez installer Facebook chez vous ! Ce Facebook-like n’est pas encore achevé mais la version actuelle est fonctionnelle.

Vous voulez votre propre Messenger ? Passez à Jabber et son serveur Prosody dont Vanaryon fait une présentation. Sinon, il existe aussi Openfire, peut être plus connu mais un peu plus lourd à ce qu’il parait.

Je termine par eyeOS, un système d’exploitation qui ne demande qu’un simple serveur Web (Apache/PHP/MySQL) pour fonctionner. N’hésitez pas à consulter ma propre présentation du CMS !

Les projets de solutions clés en main

Je viens de montrer que tous les outils sont là, ils existent. Mais alors pourquoi en 2010 n’existe t-il pas une seule solution finalisée qui réunisse dans un pack tous ces logiciels ?! Est-ce que les linuxiens seraient nombrilistes à ce point pour imaginer que c’est à la portée de tous ??

WeeStit est un projet qui émergera d’ici noël :

Weestit est une […] plateforme décentralisée de gestion d’identité virtuelle.
Via une « box » ou une clé usb, vos informations sont stockées chez vous, une interface conviviale vous donne la possibilité de:
* Créer votre blog
* Chatter avec vos amis
* Gérer votre mur ou de « WeeSter »
* Lire vos emails
* Chiffrer et Controler la publication de vos informations personnelles.
* Ainsi que beaucoup d’autres fonctions (plugin système, dns, proxy etc..)

Comme Movim, ce projet est très attendu, mais il s’est fait plutôt discret et mise sur le travail plutôt que sur le discourt.

BeeLive était un projet similaire mais il semble à l’abandon.

Auto-hébergement.fr propose un Wiki qui ne vous fournira pas un « pack » à proprement parler mais vous propose une marche à suivre pour parvenir à un résultat complet. Ce nid à tutoriel est très actif (mis à jour pas plus tard qu’hier) et dispose d’une communauté.

Références

Voici quelques tutoriels fort bien construits :
– [Developpez.com] Installation complète d’un serveur web sous Debian
– [Linux France] Tutoriel sur les serveurs
– [starbridge.org] Installation Serveur Mail Postfix, Amavisd, Mysql, Spamassassin, Dspam, Dovecot

Je vous livre ici le fruit de plusieurs semaines de recherches, toute expérience sera la bienvenue 🙂 Finalement, Benjamin Bayart rappelle qu’une autre bonne solution est encore de se tourner vers un hébergeur associatif (tel que LegTux) qui vous évitera bien des tracas.

38 commentaires sur “L’hébergement total, chez soi

  1. Bonjour,

    Quelques petites remarques puisées dans mon expérience :
    * Pour le serveur web, je pense que apache va rapidement saturer un petit serveur. En plus de Cherokee, je rajouterai nginx et lighttpd ;
    * Pour le serveur FTP, je ne me suis pas embêter avec un logiciel en plus, j’utilise sftp (inclus dans SSH). L’avantage c’est qu’il utilise ma clés SSH. Seul problème il n’est pas évident de faire du multi-utilisateurs avec.

    Sinon c’est un bon tour d’horizon 🙂 Pour ceux qui souhaitent se lancer, la première fois c’est pas forcement évident (trouver le bon tuto, tester, …) mais je suis en train de monter un second serveur et avec un peu de recul c’est généralement (en tout cas sous Debian) : installation du logiciel, décommenter deux options dans un fichier de configuration et c’est tout ! Avec mes notes, j’ai réinstallé un seveur (ssh, web et ftp) en 30 minutes !

  2. Merci pour l’exemple 🙂
    Le serveur est d’ailleurs une eeebox première génération tournant sous debian avec linux-vservers pour cloisonner un peu les différents services sans perdre pour autant de ressources systèmes trop important.
    Le seul gros soucis de l’hébergement d’un serveur mail vient du FAI, il faut que celui ci ne bride pas le port 25 par défaut et surtout qu’il soit possible de configurer son reverse DNS, sinon vos mails atterriront la plupart du temps dans la boîte a spam de vos correspondant.
    Pour ceux qui souhaitent installer un serveur mail complet avec antispam, antivirus, etc etc, je ne peux que vous conseiller l’excellent didacticiel de Tonio : http://ubunt.eu/8u

  3. Salut,
    Article intéressant, j’héberge moi-même à peu près tous ces services (web/ftp/jabber/mail) donc du coup je ne découvre pas grand chose.
    Tu parles à 2 reprises de la nobox de Benjamin Bayart pourtant non seulement il n’existe pas de nobox et s’il devait en exister une, ce ne serait pas la sienne. Ensuite quand tu dis que cette nobox, inexistante du coup, ne peut émettre qu’1Mb/s on a vraiment l’impression que c’est la nobox qui est en tort et non le FAI.
    En tout cas c’est très bien de publier un article de ce genre, je trouve qu’il est intéressant d’appendre et de donner envie aux gens d’être indépendants de services tiers.
    Petite pub pour ce site : http://www.auto-hebergement.fr/
    Voilà, c’est tout !

  4. C’est sans doute un excellent article, mais j’avoue que je me suis arrêté à « – Beaucoup de motivation ».

    Il aurait aussi fallu ajouter aux ingrédients nécessaires. Héberger à la maison, ne serait-ce que les sites web, n’est pas forcément possible… Par exemple 6000 v/j sur du 512k de campagne, c’est à dire que ça upload à 128k (16 ko/s). C’est totalement impossible, et je suis bloqué.

    Mais de toute façon j’avais pas la motivation 😀

  5. C’est peut-être un excellent article, mais moi je me suis arrêté au titre….
    « L’hébergement total, chez soiT ». Houa!!! Mes poils se sont dressés en 1/4 de seconde.
    On peut aimer l’informatique et faire attention à son orthographe, non ? Surtout dans un titre !
    Alé, Sanrakune 😉

  6. Bonjour,

    Désolé de faire un peu de pub, mais nous vendons des serveurs reprenant presque mot pour mot ce qui est fait ici. Nous utilisons du HP, donc très silencieux (sans être fanless), avec un système de sauvegarde, un debian, du ldap, un webmail etc… Et surtout, un aspect oublié ici, un système de sauvegarde (deux cassettes fournies).

    Si jamais ça en intéresse, qu’ils me contacte sur olivier.b@iabsis.com, je serais même prêt à leur faire un petit prix.

    Olivier B.

  7. Là dessus, il peut être ajouter quelques petites choses :

    – Une petite couche de virtualisation pour séparer chaque service entre eux
    – Un serveur radius pour identifier tous les périphériques qui se connectent à votre réseau
    – Un petit serveur VPN pour se connecter à son réseau de partout
    – Un CUPS en serveur d’impression
    – Un nagios pour avoir des informations sur l’état des connexions
    – Un serveur de VoIP (Asterik) pour gérer son téléphone …

  8. pour les mails et le webmail, il existe aussi Zarafa, qui est pas mal et qui à l’avantage de synchroniser mail+contact+tache avec vos téléphones…! Ca peut etre pas mal. En tout cas, il est super simple à mettre en place et reprends l’interfacre d’outlook.
    Et si vous n’utilisez pas de client outlook chez vous, alors c’est gratuit. (sinon limité a trois ou cinq je crois)

  9. @ Valère : Merci pour le tuto je l’ajoute dans l’article

    @ Thomas : Non, non la nobox n’y est absolument pour rien ! Mais de toute manière, à part WeeStit ca n’existe pas.

    @ Goudie : Si on te proposais une distribution tout prête tu testerais ?

    @ chipotte : Corrigé, merci.

    @ Olivierb2 : Oui je suis très intéressé, as tu un site web / blog de ton projet ?

    @ ltg : La virtualisation ne prendrait pas t-elle trop de ressources pour une Eeebox ? Comment virtualiser des service aussi, avec virtualbox ?
    J’ai hésité à mettre aussi mes recherches sur OpenVPN & co mais j’ai pensé que ca sortais d’une utilisation courante d’Internet.
    Asterisk j’y ai passé du temps avec Romain et on a abandonné.

    @ dan : Zarafa est payant non ?

  10. Bonjour,
    Je suis moi même dans la démarche (déjà engagé) de m’auto-hebergé sur une « eeebox  » (pour ma part une zotac mag N330 ION 1ere génération).

    Pour reprendre ce que dis ltg : la virtualisation avec vserver/openvz ne prends pas trop de ressources (moins de 4 process par VM en surplus par défaut).
    De plus cela permet de mettre a disposition des « templates » pré installés de serveur.
    J’ai choisi un nettop avec beaucoup de puissance pour pouvoir aussi m’en servir en tant que média-center xbmc (et à part un petit problème de vdpau et de 1080p c’est très réussi). cela a l’avantage de cumuler les fonctions et de « rentabilisé les watts ».
    Pour les mails je pense qu’une interface mail+contact+calendrier+synchro (type OBM egroupware sogo zimbra phpgroupware kolab) est ce qu’il faut envisager.

  11. Très sympa le tuto. Merci.

    j’ai néanmoins une demande supplémentaire : pour ce genre de solution, j’envisageais plus un NAS, plus de sécurité par la redondance des disques et quitte à avoir un serveur à la maison, autant qu’il gère les sauvegardes ainsi que le côté mediacenter.

    Mon choix s’est porté sur un synology mais vient la question du choix du modèle notamment en terme de puissance de calcul & de RAM. Je me demande juste combien de RAM il faut pour faire tourner les différents serveurs ? Les 2Go de RAM du zotac sont vraiment nécessaire ?

    D’avance merci pour le complément d’info.

  12. Alors un NAS ce n’est un simple disque dur réseau ? Je demande ca car (j’ai le doute maintenant) mais il me semble que bien souvent l’OS embarqué est proprio. Si tu envisage de le monter toi même oui bien sur c’est une solution qui te conviendras mieux car tu n’exprimes pas les mêmes besoins. Mon impératif c’était le prix, mais toute cette config est possible dès le moment ou tu peux caser un Ubuntu Server dessus, sans problème 🙂

    En terme de RAM même avec tous ces services 2Go ca doit être suffisant oui. D’après mes tests c’était Apache qui était le plus gourmand (surtout avec compression Gzip + cache WordPress). Attention au nombre de Slots, mais une barrette de 2Go pour commencer ca donne une idée de la consommation. Au pire tu doubleras avec le second Slot.

    Pour le CPU je crois que ca ne consomme vraiment pas, mis à part Jabber ou eyeOS peut être et encore.

  13. Pour ma part, mon serveur est juste une machine qui a bientôt 10 ans, composé d’un processeur athlon-xp 1700+ et 512Mo de ram. Dessus tourne lighttpd/mysql/vsftpd/openssh/postfix/dovecot/bind en occupant même pas 256Mo de ram.
    C’est juste histoire de donner une indication des performances utilisées.

  14. @vincent Effectivement, le NAS est un disque réseau. Certains constructeur le font façon très « simple ». Mais synology (pour ne pas le citer) vont un peu plus loin dans le concept et y ont mis un vrai OS (linux en l’occurrence mais je n’arrive pas à retrouver l’info là tout de suite). Ils ont donc le concept très ouvert et laisse tout à chacun être « propriétaire » de son matériel : tu peux mettre ce que tu veux, c’est un OS serveur. Très customisé certes mais ouvert.

  15. Ca fait déjà quelques mois que je travaille à rechercher des solutions contre le problème du débit ADSL pour l’hébergement chez soi. Il y en a plein. Mais aucune n’est parfaite. Soit elles demandent trop de modifications du code, soit elles sont trop tordues, soit elles ont un rapport complexe/debit pas important. Il faut bien comprendre que nous ne sommes pas maitre du réseau sur lequel se trouve notre machine. Vous ne controlez pas votre ip. Hors la plupart des techniques de load balancing se font avant le serveur. Un endroit où on a pas accès. Mais heuresement il y a d’autres techniques. Le load balencing n’est pas la meilleur solution pour augmenter son débit. Pour moi la plus efficace, et la plus rapide est le reverse proxy. Le tout avec une goute de W3C et on peu multiplier de 2 à plus de 5 (selon les sites) le nombre de visiteur théorique en même temps (requête simultanée sur le serveur @home) et avec des pages dynamiques.

    Très bon article Vincent. Y a des liens qui sont arrivés dans mes marques pages 😀

  16. Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord avec vous quand vous dites « Si vous commencez de zéro sachez qu’il vous faut donc […] beaucoup de motivation ». Mais finalement, c’est tellement génial qu’une fois qu’on a franchi le pas, il devient tout simplement impossible de faire marche arrière!

    Voilà 3 ans que je dispose d’un serveur à la maison. À la base, celui-ci ne me servait que de serveur de développement. Et puis, l’année dernière, je me suis rendu compte qu’un serveur @home pouvait servir à bien plus que ça. Jusque là, un préjugé tenace me faisait penser qu’avec 100 ko/s en upload, un serveur ne me servirait à rien… Et pourtant !

    Mon serveur est un laptop Dell Studio 1535 dont le clavier et la batterie avaient rendu l’âme, et dans l’écran duquel, 3 bêtes d’orage avaient décidé de venir mourir (en plein milieu, bien entendu!). Bien plus qu’un serveur, cette machine (reliée à un écran 23″, un clavier, une souris, quelques disques durs et un peu de son) me sert aujourd’hui également de Desktop et de Media-Center ! Au final, j’ai fais d’un vieux laptop « bon pour la poubelle » :

    – Un serveur de développement : Apache, PHP, Mysql, FTP (pure-ftpd), Subversion, …

    – Un média center : MPD + Icecast (serveur de streaming audio), VLC (streaming vidéo), …

    – Et plein d’autres choses encore ! Agrégateur RSS (Tiny Tiny RSS), Client torrent Web (torrenflux-b4rt), Gestionnaire Web de marque-pages (Online-Bookmarks), …

    Tout ça administrable depuis le réseau local ou l’extérieur via SSH, VNC, etc.

    C’est agréable de pouvoir streamer sa musique en local et l’écouter sur n’importe quel poste (voir même, la diffuser dans toute la maison!). Mieux encore, pouvoir continuer de l’écouter une fois à l’extérieur (à la fac ou chez des amis), tout simplement parce qu’avec 100 à 130 ko/s en upload, le serveur arrive sans problème à la streamer sur le net !

    Un cours oublié sur une machine de mon réseau local ? Peu importe, chaque machine se synchronise avec le serveur régulièrement. Utilisation de rsync, et hop, je récupère mes cours à distance, depuis la fac directement sur la machine qui se trouve dans ma chambre.

    Un autre exemple parmi tant d’autres: il m’arrive assez souvent de me connecter à des hotspots publics en attendant le bus. Hotspots qui bloquent tout sauf le port 80. Et bien, grâce à torrentflux-b4rt, je peux lancer des téléchargements en torrent, depuis une simple interface web, directement sur mon serveur. Le temps de faire la route, de rentrer chez moi, et les fichiers sont déjà là.

    Plein, plein, plein de choses qui font qu’aujourd’hui, je ne pourrais tout simplement plus m’en passer ! Si vous avez la possibilité de vous auto-héberger… Faites-le 🙂

  17. Bonjour,

    J’aime beaucoup cette article, et quand je vois les commentaire je me dis que je ne suis pas tout seul. En fait, un projet de ce style est en cours et il répond au problème de bande passante. Nous en sommes au début donc si ça vous dit de participer, ça sera avec grand plaisir que nous vous accueillerons.
    Vous trouverez des infos ici : http://minu.me/33dp
    et un article moins technique et plus descriptif ici : http://minu.me/2sqr
    N’hésitez surtout pas à mettre des commentaires si vous avez des questions, on recherche du monde !

    A bientôt,

    Mathieu

  18. Mathieu peux tu nous parler de ton projet ? Si j’ai bien compris il permettrait à chacun d’héberger ses données, partant du principe que chacun doit avoir ses données sur son propre pc personnel.

    Pour éviter les erreurs « Not Found » on distribuerait nos infos à nos contacts messenger ? De manière hachée ?

  19. C’est exactement ça.
    En s’appuyant sur un logiciel type aMSN qui servirait de serveur à tout faire.
    Pour exploiter au mieux la bande passante, nous souhaitons utiliser le torrent pour la réplication.
    C’est un draft bien sur, nous sommes 5 pour l’instant, travaillons tous donc ce n’est pas évident… ça fait un an que ça mûri, que l’on tâtonne et après avoir des choses comme Diaspora arriver, notre singularité est toujours intacte.
    Intéressé ou simple curiosité ?

  20. Je note pour la virtualisation avec vservers, ca a l’air pas mal.

    Je rajoute, une fonction à laquelle je ne pensais plus : le streaming de son avec un bon mpd !! Ca c’est génial ! =)

  21. Un peu plus de précision éventuelle sur cette réunion ? Pour moi, surement uniquement simple curiosité mais why not. merci.

  22. Petite remarque au passage, n’y voyez rien de mal, je trouve dommage pour un projet d’hébergement décentré d’utiliser Facebook comme principal vecteur d’information. Car qu’y a t’il de plus centralisé que Facebook ?

  23. Bonjour, j’ai une connexion internet avec 512k en down, d’après vos commentaires ce n’est pas suffisant pour faire un serveur c’est cela ? ou y a t’il un nombre de personnes connectées (genre 5) à ne pas dépasser ?

  24. En général, les connexions en 512Kb/s en download font du 128Kb/s en upload, ce qui est 8x moins qu’une connexion classique. Effectivement, à part un petit serveur mail perso et peut-être jabber, la connexion est trop lente pour faire un serveur web, surtout s’il y a des images et/ou vidéos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *