dsc00428

Être étudiant à SUPINFO en 2012

Vu le mail que nous avons reçu ce matin et qui change définitivement le ton des annonces du mois de novembre, la devise de l’école devrait être « À Supinfo, tout est encore possible » ! Que de bonnes nouvelles, voyons ensembles ce qui a changé et ce qui nous attends en 2012.

Depuis le discourt du mercredi 2 novembre (lors de notre rentrée), un certain nombre de remarques, de critiques exprimées par les étudiants ont probablement permis de faire entendre nos inquiétudes.

La « prospection » (le terme avait été particulièrement mal choisi). Entre les cours et le stage, j’ai déjà peu de temps libre. J’avais critiqué le fait que des nous, étudiants, étions presque contraints à faire les visites dans les lycées. C’est vraiment dommage que ce point précis ne soit pas présenté sous un autre angle. Chaque déplacement pourrait faire l’objet d’un petit reportage quelque part sur un coin de blog. Relater les discussions, les attentes des lycéens, mettre des photos pour nous motiver nous à y aller. Et nous laisser la possibilité de valider la participation au SPR autrement.

Les laboratoires. Les « projets d’excellence » devraient désormais être largement préférés par les étudiants : plus libres, sans contrainte, mais aussi plus solitaires. Je regrette que la possibilité de travailler par pôles d’intérêts ne soit pas mis plus en avant, par des logiciels tels que Elgg et Launchpad ! (cf. un Labo Linux alternatif)

À noter qu’un nœud Diaspora* va être ouvert expérimentalement sur notre beau campus de Caen. Je me suis littéralement étouffé en lisant ca ! À terme il est prévu d’y faire toutes les communications à l’intention des étudiants, qui ne seront plus obligés de sacrifier leur vie privée sur Facebook pour y avoir accès ou participer à des sondages par exemple ! J’ai ouvert dans la foulée un groupe #SupinfoCaen sur Identi.ca (et donc sur tout le réseau StatusNet).

Les rattrapages (le sujet qui fâche). Le sujet était brûlant depuis la publication du règlement des études. Pour rappel :

« Le repassage de l’évaluation d’une matière à laquelle on a échoué est désormais toujours possible après paiement de frais de passage soit lors d’une session de repassage planifiée, soit par rendez-vous individuel avec un examinateur de SIU. Compte tenu de nombreux abus, à compter de l’année 2012-2013, toute réévaluation sera soumise à paiement de frais d’examens conformément aux conditions générales d’inscription qui seront en vigueur à compter du 1er décembre 2011. »

J’ai eu la joie de lire la nouvelle politique sur le sujet en ouvrant la boite mail ce matin :
– toutes les matières en cours d’année seront rattrapables comme les autres années en septembre,
– les matières non-obtenues les années antérieures à l’année en cours seront désormais rattrapables à hauteur de 150€ par matière.

Il existe encore un doute sur la possibilité d’apporter un justificatif d’absence aux examens. Pour l’heure, pas même une opération chirurgicale, l’enterrement de ses parents, ou être blessé grièvement dans un accident ne donne le droit de repasser la matière, il faudra repayer 150€ pour chaque matière manquée. C’était mieux avant.

Comme indiqué dans l’e-mail, le règlement des études sera modifié prochainement pour prendre en compte cette nouvelle politique.

Il devient parfaitement compréhensible que les matières normalement définitivement perdues en passant en année supérieure soient maintenant rattrapables. Le prix fixé est exorbitant, mais il s’agit d’une offre hors-cursus que chacun peut éviter en venant régulièrement en cours.

« En effet, la notion d’échec n’existe pas à SUPINFO International University puisqu’à moins d’abandonner définitivement ses études, un étudiant qui n’a pas encore assez de crédits ECTS pour obtenir un titre officiel ne doit jamais considérer qu’il a échoué mais juste qu’il n’a pas encore réussi. »

En résumé la situation du début d’année a bien évolué. C’est d’autant plus remarquable que depuis l’an dernier, les cours sont presque toujours fournis au format pdf et l’obligation d’avoir un Windows installé a disparu avec la fin du client SGES.

Il ne resterait plus qu’à utiliser BligBlueButton en lieu et place de WebEx pour que l’école puisse permettre aux étudiants utilisant Linux d’étudier dans de bonnes conditions. 🙂

2 commentaires sur “Être étudiant à SUPINFO en 2012

  1. Salut, article passionnant étant moi meme chez SUPINFO (2012-2013).
    J’espère que tu pourras me répondre clairement, j’ai envie de demander directement au bahut mais j’ai peur d’être considéré comme un gros branleur.

    J’ai des mini-projets à faire cette année, et je n’ai pas envie d’en faire certains et j’aurais donc 0.
    Est ce qu’il est possible de rattraper ça gratuitement en Septembre ? ou alors il faudra que je paie 150 € ?

    Merci d’avance

  2. Les rattrapages sont toujours gratuits l’année en cours, cependant certaines matières ne sont pas rattrapables (les optionnelles notamment). Je ne sais pas, ça doit dépendre si la matière peut etre passée en TP ou en QCM, mais si tu es noté absent ce n’est peut être pas 0, le mieux est encore de demander pour être sûr. Tu n’es pas obligé de justifier, ça peut très bien être un choix de spécialisation d’abandonner certaines matières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqué du signe *