Réussir sa scolarité à SUPINFO

dsc00428

Arrivé au bout de ma cinquième et dernière année, je me suis décidé à publier ce brouillon rédigé en fin de ma seconde année à SUPINFO.

De nombreux passages ont été supprimés par obsolescence mais l’essence y est toujours. Il s’adresse en particulier aux étudiants venant d’arriver dans l’école.


La spécialisation à SUPINFO

Le principe de SUPINFO est que vous validez une année si vous faites un sans-faute. Autant dire que si vous avez au mieux bidouillé du HTML et fait un peu d’intégration par le passé, vous risquez de ne pas avoir le compte de toutes vos matières.

C’est là que les matières optionnelles entrent en jeu. Le SPR vous demande tout d’abord un effort en échange de points. D’autre part xPol (autrefois appelé Community ou Labo) vous offre la possibilité de vous investir dans un projet, personnel ou de groupe, autour du sujet technologique de votre choix. Ces matières ne sont pas réellement optionnelles car elles vous permettront de compenser les matières qui vous feront défaut.

Investissez vous dans l’école !

Il m’est souvent arrivé de râler, d’envoyer de long mails, de protester contre le changement car SUPINFO est une école en perpétuelle évolution. Imaginez un grand tableau de commande, avec des boutons et des glissières partout : tous ces boutons sont utilisés chaque année pour modifier des paramètres, ajuster les horaires, changer des matières, réajuster le cursus, son agencement, sa difficulté, ses examens et j’en passe.

Mais il y a une chose d’absolument primordiale : si vous avez quelque chose à redire, vous devez vous investir quelque part, d’une manière ou d’une autre. Je vois trop d’étudiants se plaindre de la qualité des VM, du BDE, du SIS et qui à côté de ça ne s’impliquent pas, se permettent de sécher d’une heure de cours à des semaines entières. Et si ce n’est pas ça, à 18h rangé c’est plié, tout le monde est dehors.

Alors « Projet d’excellence », « Labo » ou « Atelier » appelez-le comme vous en avez envie, mais il faut participer. Organisez des conférences régulières sur des sujets qui vous passionnent, lancez dans un projet sur le thème de votre choix puis présentez le sur votre campus.

Quoi qu’il arrive je vous souhaite à tous une bonne continuation :)

Rédigé le 31 mars 2014 dans "Mes opinions"
  1. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 11 h 58 min#

    Fait exceptionnel, la base de données du site a été entièrement perdue hier soir aux alentours de 18h. Je re-poste donc les commentaires qui ont suivi cet article à la suite.

    Je n’ai pas reçu par mail mes propres commentaires, ils sont donc perdus. Je les remplace par d’autres ayant globalement la même substance.

  2. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 11 h 59 min#

    Auteur : Drav’

    Commentaire :
    Et donc au bout de ces cinq années, quel est ton avis final sur cette école ? J’en ai entendu beaucoup parler (en mal) et j’aimerai bien avoir l’avis d’un élève dessus. Merci !

  3. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 11 h 59 min#

    Auteur : Splok

    Commentaire :
    N’étant qu’en deuxième année je ne pourrais pas te donner un avis sur toute la scolarité mais voilà mon ressenti : SUPINFO est une « école » (oui les guillemets sont volontaires, la suite t’expliquera pourquoi) nauséabonde. Tout d’abord les frais de scolarité de 6000 € sont dans la moyenne pour ce type d’établissement certes mais ne sont en aucun cas justifiés. Les cours sont officiellement remis à jour chaque année, officieusement j’ai des cours qui datent de 2009. Pas très actuelles les nouvelles technologies qu’ils revendiquent… En plus tes cours ne seront pas, pour la majorité, dispensés pas un vrai prof mais plutôt par un élève en année supérieure. Dans l’idée c’est un bon système mais dans la réalité c’est tout l’inverse. En effet, j’ai plusieurs fois vu certains ne rien faire en cours ou ne pas venir et ne rien comprendre valider leur matière juste parce qu’ils ont fait des soirées avec leur prof. Car oui c’est le STA (prof-élève) te corri
    ge pendant les évaluations l’anonymat c’est pas ça et l’objectivité non plus. Les évaluations justement sont une fumisterie, elles consistent en un oral et un TP ou un TP seul ou encore un projet à faire chez soi. Seulement les oraux c’est la roulette russe, les questions sont tirées au hasard et pour la plupart n’ont rien à voir avec ce qu’on voit en cours. J’ai notamment eu comme question la date de création d’MSN à l’oral de Windows 8… Les TP sont souvent infaisables et demandent de connaître entièrement la matière chose impossible si on suit juste le cours. Car oui à SUPINFO on survole juste les matières mais on demande de tout connaître par coeur. Par exemple en cours de Linux on a juste apprit a copier coller en ligne de commande et en projet on devait créer entièrement notre Linux de A à Z. Parfois la logique des évaluations laisse à désirer comme cette année où l’on a eu un projet à faire chez nous en statistiques mais juste un TP en PHP. En
    fait le principe de SUPINFO c’est de te dire oui ça existe mais après démerde toi. Les projets à faire chez soi sont inintéressants au possible comme faire un Sokoban en java en console ou encore faire une étude épidémiologique en statistiques. Il y’a encore beaucoup de points négatifs comme le manque total de vie sociale, les heures de cours pas adaptées, etc mais j’ai déjà écrit un bon paragraphe.

    Pour résumer avant j’étais passionné par l’informatique et tout ce qui s’y rapporte mais SUPINFO m’en a complètement dégoûté.

  4. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 18 min#

    @Drav : Sache une chose, les avis extrêmes ne font pas des avis objectifs. Seuls les gens mécontents s’expriment, et souvent sur des points de détails qui sont amenés à changer d’une année sur l’autre. J’en dirais de même pour les gens qui encensent trop, être un fanboy n’est pas un preuve de plus grande intelligence.

    Je n’ai fait que SUPINFO, il est difficile pour moi de te conseiller sur ton orientation, pour avoir travaillé avec des étudiants d’autres écoles (Epitech notamment, ainsi qu’une école de graphistes de Caen) le niveau de sérieux est dans les normes.

    Les points qui devraient attirer ton attention sont : la reconnaissance du diplôme par d’état, les matières du cursus et la densité de cours pendant le cursus. Regarde le nombre de périodes de stages (temps plein/alternance), les jours par semaine où l’école donne cours, et choisi le rythme qui te convient.

    Évidemment certaines écoles font plus ou moins parler, et je sais que c’est difficile de se faire un avis pour être passé par là. Demande moi ce que tu veux et j’y répondrai, mais je ne peux pas prendre la responsabilité de dire à ta place si cette école est faite pour toi :)

    @Splok : Le prix de l’année est justifié, si tu cherches sur Google tu apprendras qu’une année à la FAC coûte plus de 8000€ à l’état, et le prix est lissé sur 5 ans garanti sans augmentation. Pour ce qui est des étudiants-profs ça c’est pas le problème, le copinage dépend de l’individu : peut importe l’âge ou la provenance, tu auras des mentalités malhonnêtes. En revanche c’est ton rôle de le dénoncer, personne d’autre ne peut le faire. Et à ma connaissance il y a des étudiants-profs dans la plupart des établissements.

    Pour les oraux, je n’ai pas constaté ce type de questions dans mes évals. Oui les questions sont tirées au sort parmi un lot, tous étudiants ont les mêmes chances de réussite et oui, ça tombe sur n’importe quelle partie du cours. Une éval quoi. La difficulté des TP contraste avec les oraux ça je te l’accorde, le TP d’Oracle SQL de M2 était vraiment raide, et il fallait avoir fait tous les exercices (les derniers notamment) pour suivre, ce que je n’ai pas fait.

    SUPINFO est une école où on enseigne le plus large champ possible de technos afin qu’on ait goûté à tout en sortant. Mais si SUPINFO te dégoûte de l’informatique tu devais pas être bien passionné en arrivant : même si les méthodes ne te plaisent pas, il y en a pour tous les goûts, du développement à l’administration système en passant par le réseau, de la première à la dernière année.

  5. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 21 min#

    Auteur : _G4ry

    Commentaire :
    J’ajoute ma petite pierre à l’édifice:
    Je suis rentré directement en 3ème année. Je ne peux pas me prononcer sur les cours et examens des deux premières années. En revanche, au cours de mes 3 ans de scolarité, aucun TP ou mini-projet n’a été irréalisable.

    Pour la qualité globale des intervenants et des cours, il y a du bon et du très mauvais. Le mieux est d’approfondir aussi de ton côté, sachant qu’il y a aussi des ressources à disposition (e-books, cours vidéos, etc. Enfin si les partenariats sont toujours d’actualité…)

    Pour le copinage avec les STA, oui ça existe. Mais tu ne fais pas ta scolarité en te demandant si le fait que le gars a côté de toi a validé ses exams est justifié ou non. Oui il y a de l’injustice. Mais bon, on est France quoi! Les passe-droit c’est la norme ici (et ailleurs dans le monde, malheureusement, faut faire avec).

    Globalement, même avis que Vincent, à savoir qu’il est difficile de dire si Supinfo est une bonne école ou non, sachant qu’on a connu que Supinfo. Au final, j’ai trouvé très facilement un boulot à la sortie de l’école, plutôt bien payé, et qui me plait. Mais j’aurais pu le faire en passant par une autre école. Je crois que ce qui va changer entre telle ou telle école, c’est le rythme (plutôt cool ou plutôt pas de vie sociale pendant 5 ans), le prix et l’orientation du programme (généraliste, spécialisé).

  6. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 22 min#

    Auteur : Splok

    Commentaire :
    Viencent je sais que tu as aussi une petite dent contre SUPINFO, Vu que le campus est petit on sait vite quand quelqu’un n’apprécie pas certaines pratiques.
    Soit une année de FAC coûte une fortune à l’état je le sait j’y suis allé et les profs en ont absolument rien à faire de leurs élèves. Mais SUPINFO tient la barre en fermant des campus comme Montréal…

    Pour le copinage/pistonnage oui c’est vieux comme le monde mais un peu d’anonymat au niveau des TP serait pas un luxe. Dénoncer ne sert à rien on a tenté et on s’est fait jeter. Alors certes certains STA sont objectifs mais d’autres absolument pas. Pour les questions bidons MSN ne figurait pas au programme du cours de Windows 8 vu qu’il n’existait plus et dernièrement c’est en PHP que je suis tombé sur les paramètres nécessaires pour un DSN avec PDO. Ce n’est pas dans le cours le STA me l’a confirmé. La difficulté des évals variable oui comme en SQL oû seulement 3 ont validé.

    Apprendre à apprendre c’est pas le rôle SUPINFO ça je suis d’accord, c’est dès le début de la scolarité qu’il faudrait le faire. Mais y’a des méthodes plus efficaces que nous assommer de 48h de cours de java à la suite pour apprendre. Pour la diversité ça a du bon, j’ai découvert un amour pour Linux grâce à ça, mais certains cours comme web strategy pourraient être supprimés au profit de l’approfondissement des matières où les TP sont plus costauds.

    Dernier point les labos. Largement mis en avant par SUPINFO ils sont en fait pour la plupart morts à l’exception du labo robotique et web.

  7. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 27 min#

    Attention, ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit : j’ai une dent contre ceux qui ne font pas leur travail, et en particulier l’Administration c’est SUPINFO Paris, à Caen le travail réalisé en local est exemplaire et je n’ai jamais eu à me plaindre.

    L’anonymat dans les TP ne servirait à rien puisque c’est le prof qui met les notes en lignes. Ou alors on va imaginer un système digne du BAC, et il me semble que ce système a la réputation d’être extrêmement coûteux.

    Les labos tu tapes là où il ne fallait pas : si le labo robotique (nom camouflé du labo Linux cette année) existe, c’est parce que je le tiens à bout de bras depuis deux ans, et c’est la même pour le labo Web (dont je ne sais qui est à sa tête). SUPINFO a mis en place les outils pour que les étudiants créent des projets, c’est aux étudiants de s’investir, c’est exactement ce que je dis dans cet article.

  8. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 30 min#

    Auteur : Alex

    Commentaire :
    Juste pour revenir sur les evals. je trouve le système de SOE pas trop mal, si tu bosses suffisamment (j’entend par la faire tous les exos pendant le cours, relire le cours chez soi …), tu es récompensé. Tu dis que qu’on donné un linux à faire de A à Z ? Alors qu’on apprit juste à faire un copier coller ? Je pense que tu n’as du être très attentif si tu n’a retenu que le copié collé …
    A SUPINFO il y a beaucoup de projets à faire chez soi, surtout depuis 2 ans. Mais c’est la que tu apprends le plus ! Un sokoban en java en console tu trouves ça inintéressant, mais ça fait 2 semaines que tu touches au java, on va pas te demander de faire un MMO en 3D. Y’a des bases à apprendre avant. (et faire des interfaces graphiques c’est pas un métier de dev ça …)
    Niveau vie social, le BDE organise souvent des événements, il y a des conférences aussi le soir fait par d’autres étudiants, des lan, etc …
    Et tu peux aussi faire tes propres évents.
    Tu dis que les cours sont sommaires, n’oublie pas les labo ou tu peux te donner à fond dans un sujet, si tu as la motivation suffisante.

  9. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 30 min#

    Auteur : Thibault

    Commentaire :
    >Par exemple en cours de Linux on a juste apprit a copier coller en ligne de commande

    Est-ce que c’est une blague ?

    Le fait d’avoir le corrigé du TP pour pouvoir travailler en autonomie ne signifie pas que tu dois copier/coller la réponse. Tu es censé *chercher* la réponse et n’utiliser la version du cahier de TP que si tu n’y arrive vraiment pas.

    Effectivement, si pour toi faire un TP signifie copier-coller les réponses, il est tout à fait logique que tu n’arrive pas à faire le projet.

  10. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 31 min#

    Auteur : Splok

    Commentaire :
    Les cours de B1 étaient très basiques. On a vu grep, nano, vi, etc… Le projet était un LFS, d’où la différence entre les cours et le projet

  11. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 31 min#

    Auteur : Thibault

    Commentaire :
    Si c’est bien le cours qui est actuellement sur Courses, il est certes basique dans le sens ou on y voit les bases du système, mais il y a justement toute la base: les utilisateurs, les droits, les ACL, la gestion des partitions, les systèmes de fichiers, les quotas, la firewalling et le NAT avec iptables, etc, etc.

    Il y a egalement un cours sur le kernel ou le TP est une compilation d’un kernel personnalisé. Il y a également un cours sur l’installation de programmes, avec package manager, mais également depuis les sources.

    LFS est… un guide à suivre, pas à pas. Rien de vraiement insurmontable… L’immense avantage est que l’étudiant qui a pris la peine d’aller au bout a manipulé toutes les commandes de base du systeme et a donc intégré quasiment tout ce que est vu dans l’année.

    Après… oui, ca ne se fait pas tout seul, et il faut (un peu) travailler…

  12. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 32 min#

    Auteur : Splok

    Commentaire :
    On s’en est très bien sortis. Mais demander un LFS pour faire tourner XBMC sur une VM avec 128 Mo de RAM alors qu’XBMC demande 256 Mo faut peut être pas abuser.

  13. Vincent écrit le 1 avril 2014 à 12 h 32 min#

    Auteur : Thibault

    Commentaire :
    Et l’on passe de « les cours consistent à nous faire copier-coller des commandes » à « Le sujet est impossible »…

    Aucune version n’était imposée. Tu as choisi une version qui ne rentrait pas dans les spécifications, et tu te plains ensuite des conséquences de ton propre choix.

    XBMC tourne à l’origine – comme son nom l’indique – sur une Xbox 1, soit un PC x86 avec une carte video un peu spéciale, et… 64MB de RAM.

    Les sujets ne sont pas écrits au hasard.

Pseudo*: E-Mail*: Site: